L’évènement – Audrey DIWAN

L’adaptation du magnifique livre d’Annie Ernaux !

J’ai enfin vu le film L’évènement et j’ai eu envie de vous en parler !
Ce film sorti en 2021 est l’adaptation du célèbre roman semi-autobiographique d’Annie Ernaux. Il a été sacré Lion d’or ET Grand prix du jury de la Mostra de Venise, César du meilleur film ET de la meilleure réalisation. De plus, l’actrice jouant le rôle principal, Anamaria Vortolomei, a obtenu le César du Meilleur jeune espoir féminin. C’est peu dire que ce long-métrage a reçu un avis critique très favorable.

Petit rappel sur l’histoire de la publication du roman et la décision de la réalisatrice Audrey Diwan de l’adapter.

En 2000, l’autrice Annie Ernaux décide de raconter un moment très particulier de sa vie de jeune adulte : son avortement. Grâce à cet ouvrage, elle se libère d’un silence qui l’emprisonnait et déculpabilise toutes les jeunes femmes « qui sont passées par là » et qui se sentent coupables.
Audrey Diwan était déjà une amatrice des livres d’Annie Ernaux mais ce n’est qu’après sa propre interruption de grossesse qu’elle lit L’évènement. Elle réalise alors les difficultés, la détresse ressenties lors d’un avortement clandestin et décide de l’adapter au cinéma.

Résumé (ATTENTION SPOILER pour celles et ceux qui ne connaissent aucune des deux œuvres)

Année 1963 : Anne est une étudiante brillante à l’université d’Angoulême. Elle sort de temps en temps avec ses amies mais la sexualité reste un sujet tabou.
C’est après un passage chez le médecin qu’elle apprend qu’elle est enceinte. Elle ne songe pas une seule seconde à garder l’enfant et demande au praticien de l’aide qu’il refuse. Il la met en garde contre cet acte illégal qui est risqué pour le médecin et la patiente. Anne s’entête et décide de prendre rendez-vous chez un gynécologue. Celui-ci lui prescrit des injections censées provoquer l’avortement. Elle attend la délivrance pleine d’appréhension, sans résultat.
Désespérée, sans aucune personne vers qui se tourner, la jeune femme décide de prendre les choses en main, seule. Elle tente sa chance avec des aiguilles à tricoter mais ne réussit qu’à se blesser sans atteindre le fœtus.
Les semaines défilent et l’espoir d’Anne se délite, l’empêchant de réviser et la laissant vidée. C’est alors que Jean, l’un de ses amis à qui elle s’était confiée, lui présente une amie, Laetitia. Cette dernière lui donne le contact d’une « faiseuse d’ange » à Paris. L’étudiante reprend espoir mais les obstacles ne sont pas terminés : elle doit réunir une somme d’argent conséquente pour l’intervention qui est à Paris.
Le jour du rendez-vous, la femme qui l’accueille lui explique que les injections prescrites par le gynécologue renforçaient le fœtus et non l’inverse. Elle lui pose une sonde et lui dit que tout rentrera dans l’ordre dans les prochains jours. Mais c’est un échec. Anne retourne à l’endroit du rendez-vous, la faiseuse d’ange lui explique que son choix de poser une seconde sonde est dangereux. Elle insiste.
En rentrant chez elle, la jeune femme fait une hémorragie. Elle est admise à l’hôpital, frôle la mort mais son souhait est enfin accordé : elle n’est plus enceinte. Elle peut reprendre le cours de sa vie.

Mon avis

Le livre m’avait bouleversé, le film m’a enchanté.
Audrey Diwan est restée très fidèle à Annie Ernaux. La caméra suit le personnage d’Anne comme une ombre. Elle nous fait ressentir son mal-être, sa détresse. Ces émotions sont prenantes grâce au jeu d’Anamaria Vortolomei qui est d’une grande justesse. Sans surenchère, elle nous fait vivre l’angoisse, la peine, le désespoir, la volonté et la persévérance de son personnage.

J’ai également beaucoup apprécié le choix de la réalisatrice de traiter en filigrane la question des mœurs. Contrairement au livre, qui se concentre sur l’épreuve que la jeune femme doit surmonter, le long-métrage met en lumière les préjugés de l’époque sur la sexualité. Anne est harcelée par certaines de ses camarades qui pensent que le sérieux de la promotion va être entachée par sa présence. Les hommes ne sont pas épargnés non plus. Jean, censé être son ami, tente d’avoir une relation sexuelle avec elle avant de l’aider, sous prétexte qu’elle est déjà enceinte et qu’il n’y a plus aucun risque. C’est aussi un signe de l’insouciance, voire de l’inconscience, de cette génération face aux maladies sexuellement transmissibles.

Naturellement, outre la réalisation, c’est le sujet traité qui marque. L’ouvrage d’Annie Ernaux n’est pas de notre génération, même s’il a une portée universelle. En l’adaptant, Audrey Diwan lance un message fort alors qu’aujourd’hui le droit à l’avortement est menacé ou interdit à travers le monde. Je pense naturellement aux Etats-Unis, à la Pologne de manière flagrante. Mais le problème existe aussi en France. N’avez-vous jamais entendu parler de cette « clause de conscience » que les médecins invoquent pour refuser de pratiquer un acte médical ? Cette tendance gagne du terrain. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles j’ai décidé d’écrire sur ces deux œuvres, afin de rappeler que les femmes ont le droit de disposer de leur corps comme elles l’entendent.
L’évènement montre que le combat de nos aînées pour légaliser l’avortement est aussi le nôtre pour le préserver.

2 réflexions sur « L’évènement – Audrey DIWAN »

  1. J’ai vu ce film au ciné et je l’ai trouvé vraiment bien. J’ai appris l’existence du bouquin via le film, peut être que je me pencherai dessus. Il existe en audio ce qui pourrait améliorer ses chances d’être lu 😀

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :