Le Vicomte Pourfendu – Italo CALVINO

Italo Calvino est l’un des auteurs les plus incroyables ayant jamais existé.

Oui, c’est un incipit assez fort. Mais c’est aussi la phrase que je répète dans ma tête à chaque fois que j’ai un de ses livres dans les mains.

Grand must de la littérature italienne du XXe siècle, ses livres font partie de ces classiques qu’on pourrait lire et relire plusieurs fois dans la vie tout en continuant à découvrir différents niveaux de lecture.

J’ai lu Calvino pour la première fois à 13 ans et j’ai régulièrement BESOIN de me replonger dans ses histoires et me laisser bercer par sa plume, par ses mots soigneusement recherchés, jamais lyriques, toujours très expressifs, colorés, qui sentent les contes de fées. Son écriture délicate, d’une simplicité déroutante et prégnante, véhicule toujours un message politique et philosophique très engagé.

Le Vicomte Pourfendu est un récit fantastique qui compte à peine un peu plus de cent pages, paru en 1952 et premier opus de la trilogie dont font partie Le Baron perché (1957) et Le Chevalier inexistant (1959).

La trame de ce roman est choquante et drôle à la fois, raison pour laquelle j’ai toujours envie de conseiller ce livre. C’est l’histoire de Medardo de Terralba, qui se retrouve divisé en deux après avoir été frappé par un coup de canon pendant la guerre contre les Turcs. Oui, rien de plus simple et incroyable : son corps est tranché dans le sens de la longueur en deux parties égales qui restent toujours vivantes mais qui continuent à vivre séparées. Mais les deux parties, c’est-à-dire les deux Vicomtes, sont en rivalité et en parfaite dichotomie. Comme le corps, l’âme du vicomte a elle aussi été divisée en deux opposés : son bon côté et son côté méchant.

On dirait un conte pour enfants (pourquoi pas), mais c’est surtout une métaphore efficace et parlante, que Calvino développe tout au long de l’histoire pour représenter le mal-être de l’homme contemporain, son caractère incomplet et l’insuffisance d’une vision manichéenne dans la vie. Car, si le bad-Vicomte est vraiment cruel et malveillant dans sa façon d’agir, la gentillesse du good-Vicomte se révèle insuppourtable et écoeurante.

Ce qui est fascinant dans ce livre, et dans tout Calvino en fait, c’est cette génialité pas du tout prétentieuse mais toujours pertinente qui se manifeste dans sa capacité à harmoniser réalisme et fantasie, pour raconter la complexité du monde qui nous entoure.

Le Vicomte Pourfendu est absolument un livre qui mérite d’être découvert et aussi un premier pas dans le monde d’Italo Calvino.

Ailleurs sur la blogosphère : Milady’s Stuff

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :